Dentisterie opératoire

Les couronnes

Lorsqu’une dent est cassée, qu’elle ne comporte plus suffisamment de structure dentaire naturelle saine pour supporter une résine composite ou un amalgame (à cause d’une carie par exemple) ou qu’elle est dévitalisée suite à un traitement de canal, on procède généralement à la fabrication d’une couronne.

La couronne est une restauration qui recouvrira entièrement la dent qui la supporte. Dans le cas d’un traitement de canal, quand la structure naturelle visible de la dent est détruite, la fabrication d’un pivot (ancré dans la racine) sera nécessaire dans le but de soutenir la couronne. La couronne est une restauration fixe, c’est-à-dire qu’elle est collée en bouche. Comme on ne remplace qu’une ou quelques dents avec une couronne et que cette dernière est cimentée en permanence en bouche, on parle alors de prothèse partielle fixe. Par opposition, un dentier est une prothèse complète amovible.

Trois méthodes sont principalement utilisées pour la fabrication d’une couronne : la méthode céramo-métallique, la méthode céramo-céramique et la restauration de résine composite. Chacune de ces méthodes a ses exigences et répond à des besoins particuliers en termes de fonctionnalité, d’esthétique et de résistance. On peut également ajouter qu’il se fait encore des couronnes complètement en or jaune pour les dents postérieures.

Ce type de couronne a l’avantage d’être très solide, et de ne pas user indûment les dents naturelles du maxillaire opposé. C’est une solution intéressante lorsque l’esthétique n’est pas en jeu.

Pour réaliser une couronne, le dentiste doit d’abord « préparer » la dent qui la recevra. Pour se faire, on doit réduire par meulage la dimension de cette dent afin de créer un espace suffisant pour permettre l’obtention d’une couronne à l’aspect naturel.

Une fois la dent réduite, le dentiste prend une empreinte de cette préparation qui sera ensuite transformée en un modèle de travail par le prothésiste dentaire.

À partir des différents modèles de travail, le prothésiste dentaire peut alors procéder à la fabrication de la couronne.

Pour obtenir une couronne harmonieusement agencée à la dentition naturelle, le technicien dentaire travaille en collaboration avec le dentiste afin de faire une sélection adéquate de la couleur de la dent. Ils utiliseront différents outils : guides de couleur, photographie (argentique ou numérique), numériseur de teintes. Toutes les données recueillies seront inscrites dans le dossier du patient.

Céramo-métallique :

La couronne céramo-métallique, comme le dit son nom, est composée de deux matériaux de base : un alliage de métaux et un céramique dentaire. L’alliage sert de base (squelette métallique) afin de supporter la céramique qui le recouvrira. Le terme « porcelaine » est parfois également utilisé pour parler de la céramique dentaire. La méthode céramo-métallique est de loin la plus utilisée, car elle possède une durée de vie très prolongée. Elle permet également de travailler dans certaines conditions plus difficiles où les autres techniques de fabrication sont à déconseiller.

Pour réaliser la couronne céramo-métallique, on fabrique tout d’abord une structure métallique qui sera ensuite recouverte d’une succession de couches de céramiques conçues spécialement pour reproduire les teintes et la translucidité d’une dent naturelle.

Céramo-céramique :

La couronne céramo-céramique est une couronne entièrement constituée de céramique, ce qui lui confère des caractéristiques de transmission de la lumière se rapprochant de la dentition naturelle. Comme pour la couronne céramo-métallique, la couronne céramo-céramique peut aussi être élaborée sur un support, mais cette dernière sera également de nature céramique.

La couronne céramo-céramique est souvent plus esthétique, mais sera contre-indiquée si certains paramètres (occlusion, type de dent, etc.) ne sont pas respectés.

Résine composite :

La résine composite est utilisée sous forme de pâte qui doit être durcie avec une source lumineuse (photopolymérisation). C’est sensiblement le même matériau que celui utilisé par les dentistes pour la réalisation de « plombages blancs ». Tout comme ces fameux « plombages blancs », la couronne de composite a une durée de vie plus limitée que celle de la couronne de céramique.

Le composite nous permet d’atteindre un niveau esthétique comparable à la dentition naturelle tout en ayant un niveau d’abrasion proche de celui de l’émail.

Source : www.ottdq.com/protheses.php

dentisterie opératoire restaurations