Dentisterie opératoire

L’amalgame

L’amalgame, souvent appelé à tort « plombage », est le matériau le plus classique. Il est composé d’un alliage d’argent et d’étain de cuivre auquel on associe du mercure. L’amalgame est très fiable pour traiter les dents postérieures soumises aux forces mécaniques. Une certaine controverse s’est développée au cours des dernières années à propos de son éventuelle toxicité mise en rapport avec le mercure. Si rien de définitif n’a pu être établi, quelques remarques s’imposent :

  • Le mercure contenu dans l’amalgame est enfermé dans sa structure. Une part infiniment petite est libérée dans la salive au cours de la mastication, et ce, à des doses très inférieures à celles contenues dans certains aliments comme le poisson.
  • Comme toute substance, le mercure peut donner lieu à des réactions allergiques, et c’est au dentiste de déterminer l’éventualité d’une sensibilisation.
  • Selon les études ou projections faites, le risque de présenter des réactions serait compris entre 0,04 et 0,00001 %.
  • En conséquence, les règles de prudence actuelles doivent prendre en considération les cas suivants : personne reconnue sensible ou allergique à l’un des composants de l’amalgame, patient atteint d’un lichen plan, d’une glomérulonéphrite, d’un eczéma péribuccal ou femme enceinte. À cette réserve près, la seule bonne raison d’ôter un amalgame cliniquement acceptable tient à son remplacement pour des raisons médicales.
dentisterie opératoire restaurations